De la schizophrénie de mon armoire beauté…

 

Ou essai sur le dilemme d’une femme à la peau sensible et réactive inexorablement appelée par les sirènes du marketing.

A défaut d’avoir le talent littéraire et philosophique de Montesquieu je peux néanmoins me targuer d’être un peu plus divertissante. Du moins je l’espère, sinon ma vie est un échec total.

La source de mon inspiration... juste pour le titre, promis !
La source de mon inspiration… juste pour le titre, promis !

 

J’ai commencé à vraiment prendre soin de ma peau à la fin de mon adolescence. Je n’en avais jamais vraiment eu le besoin ni l’envie avant. Aucun problème de peau majeur, si ce n’est mon extrême sensibilité au soleil (du coup je n’ai pas attendu la vague des cosmétiques asiatiques pour sortir avec une crème solaire tous les matins.) Un jour je devrais vous raconter l’histoire de mon coup de soleil du 25 décembre, ma famille en rit encore…

Je n’ai donc jamais eu d’acné, un bouton ou deux en période de stress intense et encore, une peau mixte qui ne brille pas vraiment ni ne tiraille. J’ai été plutôt chanceuse en somme.

Mais un jour j’ai eu le déclic à force de traîner sur les blogs et de lire que si on ne prenait pas soin un minimum de sa peau il y avait des chances que toute cette histoire se finisse mal. Et j’ai commencé à me renseigner. Ce qui m’a vraiment fasciné c’est le layering.

Ayant toujours été une grande amatrice de culture japonaise je me suis naturellement tournée vers l’Asie pour chercher comment prendre soin de ma peau. Après avoir étudié le japonais pendant pas mal d’années (et la culture à la même occasion du coup) je n’imaginais même pas que les gens puissent penser que les cosmétiques asiatiques étaient moins sûrs que les européens. Entre une crème japonaise et une crème française je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours tendance à considérer que la japonaise sera d’un bien meilleur niveau et beaucoup plus sûre. (J’ai du être traumatisée par le côté maniaque et hyper hygiéniste de mon professeur de japonais…)

Histoire de se mettre dans l'ambiance...
Histoire de se mettre dans l’ambiance…

 

Donc après pas mal de temps à tergiverser (je suis capable d’attendre des années avant d’acheter quelque chose qui me plaît juste pour être sûre que ce n’est pas une passade… oui oui oui. Bon j’achète aussi des choses au coup de cœur, faut pas abuser non plus.) je me suis lancée. Ma peau mixte commençait à filer du mauvais coton, notamment à cause d’une pilule.

Interruption momentanée du programme : CERAZETTE JE TE DÉTESTE.

Pour la première fois de ma vie j’avais de l‘acné, et comment dire, quand on vient de finir l’adolescence et qu’on se dit que c’est bon on est passée à travers les mailles du filet : ça fait bien mal.

J’ai donc pris les choses en main et grâce à différentes marques asiatiques j’ai remis ma peau sur le droit chemin. (La plus grande aide a quand même été apportée par le changement de pilule on est d’accord.)

Du coup je suis restée à ce régime pendant un bon moment. En fait, tout allait super bien jusqu’à ce que je change de pays pour mon Erasmus. Là ma peau a déconné. Et dans un élan désespéré (c’est beau le lyrisme, vous ne trouvez pas ?) j’ai adopté une routine 100% naturelle. De A à Z. Et elle a sauvé ma peau. Vous pouvez d’ailleurs retrouvé cette charmante routine ici dans l‘un de mes précédents articles.

Vous la voyez la coupable ?
Vous la voyez la coupable ?

 

C’est là où la dite schizophrénie de mon armoire beauté a commencée.

D’un côté tous les produits de mon layering, 100% asiatiques, 0% naturels je caricature un peu là, que je ne pouvais plus utiliser pour cause de révolte cutanée.

De l’autre, une sorte d’épicerie, des produits 100% naturels qui ne ferait pas tâche dans ma cuisine et qu’une personne lambda rangerait plus dans le placard au dessus de la gazinière que sur le rebord du lavabo de sa salle de bain.

Du coup, comme depuis quelques temps ma peau s’est un peu calmée, je mixe un peu des deux dans ma routine et ça donne un drôle de mélange. L’important c’est l’efficacité, soyons d’accord.

Si je me suis tournée vers le naturel c’est parce que la cosmétique plus « traditionnelle » me désespérait et ne faisait pas grand chose pour moi. En tout cas rien de positif. Mais ce n’est pas par engagement pour de grandes idées ni quoique ce soit. Juste parce que je veux quelque chose qui ne m’agresse pas la peau quand je l’applique. Si je le trouve du côté du naturel et que de belles idées sont défendues par la marque : tant mieux. Sinon ce n’est pas si grave que ça. Je ne pense pas un jour revenir aux gommages mécaniques par exemple, ma peau ne le supporte pas. Le seul gommage enzymatique que j’avais trouvé dans le naturel était à base d’ananas : dommage j’y suis allergique. (Je vous parle souvent de ma peau, mais mon corps aussi est compliqué à l’occasion…)

Du coup je ne sais pas trop à quel saint me vouer… Cependant je compte continuer avec le naturel, parce que depuis que j’ai appris à lire les compositions le reste me fait un peu peur.

Au niveau maquillage aussi je compte passer doucement au naturel, afin de ne pas trop traumatiser ma peau.

IMG_20130620_192929
Je trouvais que ça illustrait bien le naturel et le « moins naturel » ensemble. Puis je préfère mettre une photo d’un endroit que j’aime bien plutôt que celle d’une énième feuille verte trempant légèrement dans l’eau ou celle de grands champs de blé se perdant à l’horizon..

 

Une chose est sûre : dès que je reviens chez moi ma peau reprend un état normal le lendemain au matin. On ne peut pas me dire que ce n’est pas du à l’endroit où j’habite. Alors vivement la fin de mon Erasmus !

Donc je pense que pour encore quelques temps sur ce blog vous allez avoir à la fois du naturel et du beaucoup moins naturel.

 

A vous la parole :

Chez vous c’est plutôt bio, naturel ou cosmétique traditionnelle ? Un peu de tout ?

Publicités

Les blogs ont fait exploser mes dépenses… Oui, mais.



Je suis d’ordinaire une personne assez lente en ce qui concerne la consommation. Quand je veux un produit, je consulte tous les avis que je trouve, je regarde la composition, ce qu’en dit la marque, la place dans mon budget, ce que j’attends de lui, etc. 

 

Pourtant, je suis aussi sujette aux achats impulsifs, dits coups de coeur. (Je n’ai pas dit compulsifs, ça c’est un autre problème, que je ne semble pas trop avoir… heureusement pour mon compte en banque.)

Analyse de ma consommation : 

 

En ce qui concerne les vêtements j’ai trouvé la solution parfaite : sauf besoin urgent, je ne vais faire les magasins qu’à deux périodes de l’année pendant un temps restreint. Pour être un peu plus précise cela signifie que 90% de ma garde robe a été achetée à deux périodes de l’année. (vacances d’hiver et vacances d’été si vous voulez savoir). Le reste du temps j’évite les magasins. Je ne m’y rends tout simplement jamais. Cela réduit les dépenses, et à moins que je n’ai vraiment plus une seule paire de chaussure qui tient la route (=talons cassés, embouts de talons totalement absents, chaussures qui prennent l’eau…), ce qui n’arrive qu’à de rares occasions, je me tiens à mes deux séances de shopping par an.

 

Typiquement vous ne me verrez jamais comme ça.

Le problème arrive quand on parle des produits de beauté. Je n’y peux rien c’est ma passion, je suis capable d’en parler pendant des heures sans m’arrêter, en entrant dans les détails de la composition, en passant par l’origine de la marque… Bref, je suis à fond. Et chéri ne s’en plaint même pas… je suis chanceuse. ^^

Là je n’ai plus le même plan d’attaque. La question est : 

 

Pourquoi est-ce que je ne restreins pas mon shopping beauté ? 

 

1/ je me vois mal passer 3 mois sans démaquillant parceque le mien serait fini et que la période shopping ne serait pas encore là… vous voyez l’idée. Dans ce cas là je trouve que l’achat est justifié et nécessaire. (Si vous ne comprenez pas je ne sais pas quoi faire pour vous. Je peux vous dire qu’en nettoyant deux fois par jour ma peau elle est loin d’être propre avant chacun des lavages, d’après l’état de mes cotons…)

 

2/ je n’ai pas de stock en ce qui concerne les produits de beauté (tout du moins ceux de soins, pour le maquillage c’est une autre affaire). Je n’ai pas plus d’une crème de jour à la fois dans ma maison. Les rares moments où il y en a deux c’est quand la première a le tube entièrement éventré pour réussir à récupérer les miettes… hum hum. 

 

Je suis sûre que l’armoire beauté de certaines blogeuses ressemble à ça.

 

 

3/ ma peau est changeante et ça n’aide pas. En quittant mon cher pays pour l’Angleterre j’avais une peau sensible et mixte à imperfections (dues à la pilule). En arrivant sur cette terre hostile où je passe mon Erasmus elle est devenue sèche, déshydratée, réactive et encore plus sensible qu’avant. (Même que ces temps-ci il y a quelques imperfections qui reviennent mais je tiens pour coupable une crème avec des silicones que j’ai testé récemment… affaire à suivre je vous en parlerai ;) ). Du coup en fonction de ses caprices du moment je dois adapter mes produits et mes routines, je vous laisse imaginer le gouffre financier que cela peut être par moment. Hum, hum… je suis étudiante je le rappelle au passage. 

 

 

Ces raisons font que je rentre beaucoup plus souvent dans une boutique de produits de beauté que dans n’importe quel magasin de vêtements. Par la même occasion j’ai donc plus de chance de dépenser pour des achats qui n’étaient ni prévus, ni forcément nécessaires. Et il y a une explication à ça : je suis une passionnée. Ce qui veut dire que j’adore les nouveautés, tester des produits juste sortis ou qui ont déjà fait leurs preuves. Je n’en ai jamais assez, c’est ce que j’aime en cosmétique : le renouvellement de l’offre. Si l’on ajoute à ça les sirènes du marketing c’est assez dur de se limiter. 

 

Pourquoi est-ce que mon budget a explosé ? 

 

J’adore toujours autant ce porte monnaie…Je vais finir par craquer je le sens.

 

Ce qui a multiplier par je ne sais trop combien ma dépense dans ce domaine ce sont les blogs. J’adore les lire et découvrir les avis de toutes les blogueuses et « grâce à elles » j’ai totalement changé ma relation à ma peau et à mes produits. Mais justement, le problème quand on en veut toujours plus, ou quand on teste toutes ces « crèmes miracles » dont on entend parler c’est qu’il y a peu de chance que ça s’arrête. Et là on commence à cumuler, et à dépenser plus et plus et encore plus. 

Seulement mon budget n’est pas étirable à l’infini, et je suppose qu’il en est de même pour le votre (si non un petit commentaire expliquant votre technique sera très apprécié ;) ). 

Autant j’ai pu découvrir des merveilles qui m’ont vraiment été très utile, autant certaines dépenses se sont avérées plutôt futiles et franchement pas nécessaires. Non je n’ai pas besoin d’un vernis vert qui me rappelle la peau de Shrek et que je n’oserai porter que pour Halloween.

Le problème ce ne sont pas les blogs en eux-même mais cette sensation d’en vouloir toujours plus qui les accompagnent. Je suis capable de faire des wishlists de 4km de long et pourtant par la même occasion je suis plutôt raisonnable et je sais que je n’ai pas besoin de plus que de ce que j’ai déjà. Je suis donc sur la bonne voie : celle de la réflexion.

 

Quand est-ce que je dois commencer à réfléchir ? 

 



  • Quand tu es étudiante ou que ton budget est limité et qu’il est préférable de rester concentrée sur l’essentiel ( = payer les taxes et se nourrir). Même dans ces cas là il y a des moyens très efficaces et pas chers de prendre soin de sa peau. Et qui sont à se dégoûter définitivement des marques de luxe de par leur efficacité.
  • Quand tu oublies de te demander ce dont tu as vraiment besoin. Comme par exemple quand tu achètes une crème qui ne te correspond pas, pour la simple et bonne raison que le packaging est beau ou que telle blogeuse l’a encensée. 
  • Quand tu entreprends une démarche de slow-life, que tu choisis de mieux consommer. Là tu dois réfléchir à tes besoins, tes priorités, tes envies et oublier les autres un instant. 
  • Quand tu n’arrives plus à te limiter, que tu es devenue accro. Là tu as une très bonne raison de t’inquiéter. On devrait toujours rester maître de nos actions, et une addiction c’est un dysfonctionnement qu’il faut régler au plus vite. 

 

Pourquoi est-ce que les blogs ça peut quand même t’aider à sauver ton budget ? 

 

<span style= »font-size: x-large; »Parce qu’ils t’informent. C’est la principale raison. Quand tu sais que tel produit ne vaut pas un clou il faut être un peu maso pour aller l’acheter. L’information c’est aussi la clef d’une consommation maîtrisée. Depuis que je lis des blogs j’ai appris à lire les compositions (et du coup presque aucune crème de luxe ne m’inspire…). J’ai aussi découvert des méthodes naturelles et pas chères pour prendre soin de moi. Une huile d’olive pour les cheveux coûtera toujours moins cher qu’un masque (même un très mauvais). Au final grâce aux blogs j’ai fait de sacrées économies, j’ai évité d’acheter des produits qui ne présageaient rien de bon, j’ai trouvé des produits biens et pas chers, etc. Bien sûr ses économies sont toutes relatives. Mais la passion étant là, même sans les blogs j’aurais acheté des produits, sans doute pas autant mais certainement beaucoup moins bien. Un produit à 30€ dont je vais racler le fond me fera bien moins mal au cœur qu’un produit à 5€ que je laisserais au fond d’un tiroir si tôt acheté -surtout quand il y a une légion de produits comme ça

 

Conclusion 

 

Majoritairement on peut se dire en toute honnêteté que ce n’est pas en voguant de blog en blog sur le net beauté que l’on fera des économies. Cependant on pourra découvrir et apprendre beaucoup, vivre des aventures enrichissantes (j’ai réussi à convaincre ma mère et ses collègues de mettre de l’huile sur leurs cheveux et ça vaut le détour ;) ) et en retirer beaucoup de plaisir et de bonne humeur. On pourra même apprendre à consommer plus averti, et ça c’est énorme. On rira des pubs qui nous proposent des soins miracles avec comme deux premiers ingrédients de l’eau et du dimethicone, et on sera totalement exaspérée que l’on nous prenne pour des truffes – une fois de plus. Mais surtout le point le plus important c’est que l’on se sentira moins seule. Tout le monde se fiche ou s’intéresse très peu aux cosmétiques dans mon entourage et je suis prête à voir une sensible augmentation de mon budget pour avoir un endroit où souffler et me dire que je suis enfin comprise

J’ai pas mal de choses nouvelles en stock pour vous, je vous en reparle très prochainement ;) A bientôt !