De la schizophrénie de mon armoire beauté…

 

Ou essai sur le dilemme d’une femme à la peau sensible et réactive inexorablement appelée par les sirènes du marketing.

A défaut d’avoir le talent littéraire et philosophique de Montesquieu je peux néanmoins me targuer d’être un peu plus divertissante. Du moins je l’espère, sinon ma vie est un échec total.

La source de mon inspiration... juste pour le titre, promis !
La source de mon inspiration… juste pour le titre, promis !

 

J’ai commencé à vraiment prendre soin de ma peau à la fin de mon adolescence. Je n’en avais jamais vraiment eu le besoin ni l’envie avant. Aucun problème de peau majeur, si ce n’est mon extrême sensibilité au soleil (du coup je n’ai pas attendu la vague des cosmétiques asiatiques pour sortir avec une crème solaire tous les matins.) Un jour je devrais vous raconter l’histoire de mon coup de soleil du 25 décembre, ma famille en rit encore…

Je n’ai donc jamais eu d’acné, un bouton ou deux en période de stress intense et encore, une peau mixte qui ne brille pas vraiment ni ne tiraille. J’ai été plutôt chanceuse en somme.

Mais un jour j’ai eu le déclic à force de traîner sur les blogs et de lire que si on ne prenait pas soin un minimum de sa peau il y avait des chances que toute cette histoire se finisse mal. Et j’ai commencé à me renseigner. Ce qui m’a vraiment fasciné c’est le layering.

Ayant toujours été une grande amatrice de culture japonaise je me suis naturellement tournée vers l’Asie pour chercher comment prendre soin de ma peau. Après avoir étudié le japonais pendant pas mal d’années (et la culture à la même occasion du coup) je n’imaginais même pas que les gens puissent penser que les cosmétiques asiatiques étaient moins sûrs que les européens. Entre une crème japonaise et une crème française je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours tendance à considérer que la japonaise sera d’un bien meilleur niveau et beaucoup plus sûre. (J’ai du être traumatisée par le côté maniaque et hyper hygiéniste de mon professeur de japonais…)

Histoire de se mettre dans l'ambiance...
Histoire de se mettre dans l’ambiance…

 

Donc après pas mal de temps à tergiverser (je suis capable d’attendre des années avant d’acheter quelque chose qui me plaît juste pour être sûre que ce n’est pas une passade… oui oui oui. Bon j’achète aussi des choses au coup de cœur, faut pas abuser non plus.) je me suis lancée. Ma peau mixte commençait à filer du mauvais coton, notamment à cause d’une pilule.

Interruption momentanée du programme : CERAZETTE JE TE DÉTESTE.

Pour la première fois de ma vie j’avais de l‘acné, et comment dire, quand on vient de finir l’adolescence et qu’on se dit que c’est bon on est passée à travers les mailles du filet : ça fait bien mal.

J’ai donc pris les choses en main et grâce à différentes marques asiatiques j’ai remis ma peau sur le droit chemin. (La plus grande aide a quand même été apportée par le changement de pilule on est d’accord.)

Du coup je suis restée à ce régime pendant un bon moment. En fait, tout allait super bien jusqu’à ce que je change de pays pour mon Erasmus. Là ma peau a déconné. Et dans un élan désespéré (c’est beau le lyrisme, vous ne trouvez pas ?) j’ai adopté une routine 100% naturelle. De A à Z. Et elle a sauvé ma peau. Vous pouvez d’ailleurs retrouvé cette charmante routine ici dans l‘un de mes précédents articles.

Vous la voyez la coupable ?
Vous la voyez la coupable ?

 

C’est là où la dite schizophrénie de mon armoire beauté a commencée.

D’un côté tous les produits de mon layering, 100% asiatiques, 0% naturels je caricature un peu là, que je ne pouvais plus utiliser pour cause de révolte cutanée.

De l’autre, une sorte d’épicerie, des produits 100% naturels qui ne ferait pas tâche dans ma cuisine et qu’une personne lambda rangerait plus dans le placard au dessus de la gazinière que sur le rebord du lavabo de sa salle de bain.

Du coup, comme depuis quelques temps ma peau s’est un peu calmée, je mixe un peu des deux dans ma routine et ça donne un drôle de mélange. L’important c’est l’efficacité, soyons d’accord.

Si je me suis tournée vers le naturel c’est parce que la cosmétique plus « traditionnelle » me désespérait et ne faisait pas grand chose pour moi. En tout cas rien de positif. Mais ce n’est pas par engagement pour de grandes idées ni quoique ce soit. Juste parce que je veux quelque chose qui ne m’agresse pas la peau quand je l’applique. Si je le trouve du côté du naturel et que de belles idées sont défendues par la marque : tant mieux. Sinon ce n’est pas si grave que ça. Je ne pense pas un jour revenir aux gommages mécaniques par exemple, ma peau ne le supporte pas. Le seul gommage enzymatique que j’avais trouvé dans le naturel était à base d’ananas : dommage j’y suis allergique. (Je vous parle souvent de ma peau, mais mon corps aussi est compliqué à l’occasion…)

Du coup je ne sais pas trop à quel saint me vouer… Cependant je compte continuer avec le naturel, parce que depuis que j’ai appris à lire les compositions le reste me fait un peu peur.

Au niveau maquillage aussi je compte passer doucement au naturel, afin de ne pas trop traumatiser ma peau.

IMG_20130620_192929
Je trouvais que ça illustrait bien le naturel et le « moins naturel » ensemble. Puis je préfère mettre une photo d’un endroit que j’aime bien plutôt que celle d’une énième feuille verte trempant légèrement dans l’eau ou celle de grands champs de blé se perdant à l’horizon..

 

Une chose est sûre : dès que je reviens chez moi ma peau reprend un état normal le lendemain au matin. On ne peut pas me dire que ce n’est pas du à l’endroit où j’habite. Alors vivement la fin de mon Erasmus !

Donc je pense que pour encore quelques temps sur ce blog vous allez avoir à la fois du naturel et du beaucoup moins naturel.

 

A vous la parole :

Chez vous c’est plutôt bio, naturel ou cosmétique traditionnelle ? Un peu de tout ?